Le pop punk californien c'est vraiment mortel

Le pop punk c’est la base poto

Il va être temps d’arrêter de se mentir : chacun d’entre nous a commencé à écouter du rock avec le pop punk. Vous vous souvenez ? C’est ce  qui a succédé au grunge des années 90, avec un rock moins sombre. Le genre emprunte les tempos rapides du punk classique sur une musique globalement plus mélodique, d’où le fait qu’il se retrouve associé péjorativement au préfixe “pop”. Personnellements je me suis toujours demandé en quoi dire de quelque chose que c’est populaire permettait de le dénigrer, mais je suis sans doute trop trendy pour comprendre. Porté par des groupes principalement originaires de californie, cela lui vaudrait son appellation définitive en tant que pop punk californien, bien que le meilleur groupe du genre soit canadien (et ouais le meilleur groupe c’est Sum 41 j’en ai rien à foutre). Ayant une attitude fondée sur un nihilisme fun, le genre tranche avec ses aînés plus sérieux et plus politisés. Non pas qu’il n’y ait pas de sons pop punk politisés (surtout chez Sum et Green Day) mais l’ambiance qui en ressort est surtout aux grosses fêtes, premiers amours, skateboarding and getting dumped.

Une ambiance parfaite pour une nouvelle génération pleine de skateurs et de jeux vidéos.

 

L’explosion

Comme une prédiction, le genre devient effectivement extrêmement populaire vers la fin des années 90, avec l’explosion de groupes comme Blink 182, ou encore The Offspring (bien que ce dernier soit actif et connu depuis le début des années 90). Plus accessible que le punk pur tout en gardant une énergie communicative, tous les kiddos un peu rebelles l'adoptent très vite dans leurs mp3. Malgré les moqueries des puristes, l’ascension vers le top 1 des charts se fait relativement vite. 15 millions d’albums vendus pour Blink en 1999 avec Enema of the state, 20 millions pour Avril Lavigne en 2002 avec Let Go (et ce, malgré une chanson dont le thème est quand même de piquer la girlfriend d’un gars sous prétexte que sa copine actuelle n’est vraiment pas cool parce qu’elle a des lunettes. Pas très charlie tout ça) etc.

 

Franchement, c’est mérité

Clairement, la création et l’expansion du pop punk est la chose la plus cool qui ait été offerte à l’humanité depuis que Platon a dit que c’était quand même plutôt stylé de se réunir entre pote pour boire et parler de sexe. Tout est mortel dans le pop punk : les couplets sont fun et les refrains entraînants, les images d’albums sont super classes, les clips ont des intros trop marrantes, et les chanteurs sont plutôt beaux (sauf Deryck Whibley, déso bro). ce sont  clairement les meilleurs sons qu’on puisse écouter pour faire du skate et le skate c’est vraiment trop de la balle (en vrai ou sur Tony hawk pro skater 2 d’ailleurs).

 

La fin ?

Mais tout a une fin et le genre s'essouffle vers le début des années 2010 pour laisser la place au hip hop et à un retour en grâce de l’électro. Deux genres non moins méritants mais tout de même moins funs. Et chacun se mit à renier ses origines de pop punker pour aller chercher un rock plus acceptable, ou bien carrément pousser plus loin et aller vers un métal plus dur. Mais, dans toute cette détresse, un espoir demeure. Blink sort encore des albums et Sum 41 joue encore dans des gros festivals en 2019. Tout n’est donc pas totalement perdu et il semble que le pop punk californien ne semble pas près à rendre les armes de sitôt. Et ça, vraiment, c’est une grande joie.

Poster un commentaire

  • Paiement sécurisé
    Commandez en toute sécurité
  • Livraison rapide
    Expédition & Livraison rapide
  • Service client
    À vos côtés 7j / 7 !
  • Satisfait ou remboursé
    14 jours pour changer d'avis
Voir les Voir le produits trouvés produit trouvé Pas de produits trouvés icon-close
Une erreur s'est produite, veuillez réessayer ultérieurement. Voir le produit Aucun produit n'a été trouvé lors de la recherche Nouveauté Promotion Solde Vente flash  € loading ending recherche
Chargement..